Skip to content

LE GOUVERNEMENT ET LES MESURES URGENTES

febrero 28, 2015

Dès l’annonce de la nouvelle formation gouvernementale et son approbation par l’Assemblée des Représentants du Peuple, l’opinion publique commence à s’impatienter pour les cent jours à venir. En effet, la majorité des catégories sociales et professionnelles et toutes les régions, durement éprouvées par les difficultés de la vie, non seulement durant la période qui a suivi les élections législative et présidentielle, mais surtout durant les quatre années qu’a dû prendre le processus de transition. La pauvreté, le chômage, la marginalisation et la corruption, qui ont attisé les flammes de la révolution du 17 Décembre-14 Janvier, se sont accentués avec les gouvernements de Beji Caïd Essebsi, de la Troïka et celui de Mehdi Jomaâ au point de faire sombrer le pays dans une crise économique aigüe présageant de la faillite et de l’avènement d’une situation sociale à forte tension et à risque sécuritaire et ouvrant la voie à l’expansion du phénomène du terrorisme, en plus de la détérioration des conditions de vie et de la qualité des services sociaux de base. Aussi la propagande, officielle et semi-officielle, a-t-elle tout fait pour que la sortie de la crise soit mise sur le compte du passage de la période de transition vers celle de la stabilité, notamment avec l’élection d’un nouveau parlement, d’un nouveau président et la formation d’un gouvernement “permanent”.

C’est avec beaucoup d’attentes que le peuple tunisien a accueilli ce gouvernement et les nouvelles institutions du pouvoir; chose qui nécessite de prendre des mesures d’urgence dont certaines resteront en suspens jusqu’à la réforme de l’appareil de l’état dans les domaines économique (production, distribution, investissement, système bancaire et fiscalité…), social (salaires, prix, compensation, couverture sociale et enseignement…) et politique (réforme de l’administration, de la sureté, de l’information, de la magistrature et relance de la justice de transition…)

Néanmoins, le dommage subi par toutes les catégories populaires, l’élargissement de la marginalisation et l’accentuation des phénomènes de la pauvreté, du chômage et des autres fléaux sociaux n’ont pas aidé à ce que l’on puisse attendre davantage de telles réformes au point que les préoccupations des uns et des autres se sont focalisées sur les mesures urgentes qui devaient être prises en vue d’alléger l’impact de cet état général de misère et de dénuement et c’est ce qui explique la reprise de la contestation, des grèves sectorielles élargies et des sit-in qu’a connus le pays, ces derniers temps, à l’instar de ce qui s’est passé dernièrement dans la région du Sud-est. Reste à savoir si le nouveau gouvernement est conscient du pari difficile auquel il est confronté ou s’il fait semblant de l’être tel qu’il ressort de ses déclarations ; chose qui a conduit Habib Essid, chef de gouvernement, à recommander à chacun de ses ministres d’arrêter une liste de cinq priorités pour y apporter des solutions dans les cent jours à venir.

Sans tenir compte de cela, nous pensons que le gouvernement ne peut pas ne pas satisfaire certaines de ces attentes dont l’essentiel réside dans :

* Le gèle du prix des produits de base

* L’octroi d’une subvention pour chaque demandeur d’emploi

* La suppression de la dette des petits agriculteurs (5 M de dinars) et l’abandon des mesures administratives y afférant

* La récupération et la redistribution des terres domaniales au profit des jeunes et des diplômés chômeurs et octroi d’aides matérielles et de prêts en guise de motivation à l’exploitation de ces terres

* La réouverture des négociations sociales et l’augmentation des salaires, du SMIG et du SMAG également

* La titularisation des ouvriers occasionnels et des chantiers et des formules précaires d’emploi

* L’octroi d’une double pension et soin gratuit aux personnes handicapées issues de familles nécessiteuses

* Le recensement des familles pauvres et l’amorce de construction de logements sociaux au profit des demandeurs

* L’équipement des municipalités et l’organisation d’une campagne de propreté dans les villes, les campagnes et les lieux publics

* Annulation des décisions arbitraires émanant du Ministère de l’Education et de l’Enseignement Supérieur dans l’attente d’une consultation nationale concernant la réforme du système de l’éducation, de l’enseignement et de la formation

* L’ouverture d’une enquête sérieuse concernant l’assassinat des deux martyrs Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi et la révélation des soupçons qui planent sur les milieux politiques et les services de sécurité intéressés

* L’adoption d’un plan de lutte contre la contrebande et la structuration du commerce parallèle

* La réouverture des dossiers de la corruption qui ont été occultés

* La réactivation de la justice transitionnelle et le dédommagement des martyrs et des blessés pendant et après la révolution

* Réouverture de notre ambassade en Syrie

* L’intensification des efforts pour la libération de Soufiane Chourabi et Nadhir Ktari

Ceux qui contemplent de près ces mesures peuvent facilement constater qu’elles ne sont pas couteuses, outre qu’elles sont impératives et possibles et n’exigent du gouvernement qu’une volonté politique sincère et un minimum de courage et d’audace si ce dernier compte vraiment envoyer des messages qui seront pris au sérieux par le peuple. Que le gouvernement se contente de simples calmants, fort orchestrés médiatiquement, ne fait que reporter l’explosion de la colère. Pour cette raison, nous attendrons l’écoulement des cent jours pour apprécier l’œuvre et pour que le peuple puisse discerner la réalité de ce gouvernement.

« La voix du peuple » du 13 Février 2015

Jilani Hammami

No comments yet

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s