Skip to content

FILIPINAS: DECLARACIÓN ACERCA DE LA REPETICIÓN DEL ORGANIZACIÓN

noviembre 23, 2015

DECLARACION1.png

Le 12 octobre 2015, il a été rendu public les résultats des concours de recrutement des agents de l’Etat organisés en juin et juillet 2015 au profit du ministère chargé des Finances. Rappelons que ces concours interviennent après ceux organisés en août 2012 et qui ont été annulés en 2014 à la suite des combats inlassables conduits par la FESYNTRA-Finances et repris par tous les syndicats et le pays tout entier. Tout le monde devrait s’attendre que les leçons soient tirées et que plus jamais, la jeunesse et le pays ne vivraient des scandales de cette nature, surtout que le ministre chargé de la fonction publique avait fait appel à la FESYNTRA pour veiller à la transparence du processus.

Mais, voilà qu’à la proclamation des résultats, la fraude s’avère plus vaste, plus arrogante que naguère. Des candidats ont été proclamés admis à deux concours dont les épreuves se sont déroulées le même jour et à la même heure. D’autres ayant composé pour le grade d’inspecteur se sont vus déclarés admis pour le grade de contrôleur. Comme par hasard, des éléments de mêmes parents, bien placés dans le sérail et les arcanes du pouvoir sont alignés. Au sein du peuple et de la jeunesse en émoi et indignés, des dénonciations fusent. On parle même de lauréats qui n’ont jamais composé. Du côté de la douane, leur syndicat dénonce le recrutement en une fois du nombre de candidats qui devrait se faire en trois ans.

On apprend, par une déclaration du Secrétaire général de la FESYNTRA-Finances, Laurent METONGNON, qu’après maintes péripéties et beaucoup de patience, les représentants de la FESYNTRA ont été écartés de la levée de l’anonymat et de la proclamation des résultats. Contre leur demande et leur insistance, le DRAE (Directeur du Recrutement des Agents de l’Etat), Mr ODA et son ministre, Mr Aboubacar YAYA, ont évoqué et opposé à la FESYNTRA et à son Secrétaire général, Laurent METONGNON, un certain droit discrétionnaire à procéder seuls à la levée de l’anonymat et par conséquent à la sélection finale des lauréats. Ils avaient ainsi manifestement, selon ce fameux droit discrétionnaire, la latitude de proclamer admis qui bon leur semblait sur la base de critères définis par eux seuls, indépendamment des performances réelles des candidats. Dans cet exercice de fraude de haut vol, il n’était pas étonnant de se mélanger les pédales.

Ainsi, au lendemain de la première proclamation des résultats le 10 octobre, un nouveau communiqué rectificatif était publié le 12 octobre 2015 pour tenter d’effacer les fautes par trop grossières.

Ce rectificatif qui indiquait à la face du monde entier le peu de crédit que l’on pouvait accorder à la première proclamation et donnait raison aux dénonciations qui fusaient de toutes parts, devrait suffire pour prononcer l’annulation de ces concours, relever le ministre et son cabinet de leur fonction, ouvrir une enquête afin de déterminer les responsabilités et de décider des sanctions pénales. Mais c’est à toute autre chose qu’il a été donné au peuple d’assister. Le pouvoir et ses thuriféraires se sont lancés dans les calomnies et la diffamation contre Mr Laurent METONGNON, principal et ardent défenseur bien connu de la transparence et de la probité. Le ministre Aboubacar YAYA lui-même est allé sur les plateaux de la télévision nationale le samedi 24 octobre 2015 pour défendre de façon arrogante l’indéfendable forfaiture en utilisant abondamment la calomnie et la diffamation contre Mr Laurent METONGNON.

Tout le monde peut alors se rendre compte que c’est l’impunité des auteurs de la fraude dans les concours de 2012 qui permet la récidive et l’arrogance des auteurs. Si les auteurs de la fraude de 2012, la ministre KORA ZAKI et son DRAE, le sieur Garba YAYA, n’avaient pas été promus (KORA ZAKI ambassadrice au Niger et Garba YAYA, DC de Komi KOUTCHE puis député actuellement a l’Assemblée nationale sur la liste FCBE), Aboubacar YAYA ne se permettrait certainement pas une telle provocation et arrogance contre le peuple et la jeunesse. Cette arrogance ainsi que le silence du gouvernement et de son Chef, Boni YAYI démontrent, à la face du monde que le ministre était en mission commanditée de fraude par le pouvoir.

La Convention Patriotique des Forces de Gauche fustige avec la dernière rigueur le comportement provocateur et arrogant du ministre Aboubacar YAYA. Elle exige l’annulation de ces concours de la honte, la démission immédiate du ministre YAYA ainsi que la sanction exemplaire des auteurs de la fraude.

La Convention Patriotique des Forces de Gauche soutient et félicite tous les responsables syndicaux et de la jeunesse qui se sont lancés déjà dans ce combat de Refus de la fraude et de l’impunité. Il s’agit d’un combat pour le salut de notre peuple. Elle appelle par conséquent tous les démocrates, tous les hommes et femmes à se lever pour sauver le pays de la forfaiture, de la catastrophe, du WAXALA.

Cotonou, le 03 novembre 2015

 

Philippe NOUDJENOUME

Président de la Convention patriotique des Forces de Gauche

Premier secrétaire du Parti Communiste du Bénin

No comments yet

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s